Bienvenue au New Jungle, 1: Travailleurs amateurs humanitaires

Freedom of movement

In English: https://nicolamarven.wordpress.com/2015/09/29/a-day-in-the-new-jungle-1/

À ma gauche, il y a une jeune femme blonde. Je ne sais pas son nom. Nous deux regardons une file d’attente de, pour la plupart, hommes Érythréens, Éthiopiens et Afghans. Elle s’inquiète et moi aussi. Les hommes deviennent de plus en plus agités, et je me suis déjà mise entre un court-circuiteur et un homme avec une pierre. Je prends un instant pour respirer et je la regarde bien pour la première fois, faisant attention à son petit sac à dos et ses longs cheveux ondulés. Je souris et je lui demande comment elle est venue ici. “Oh, je suis venue toute seule,” elle m’explique avec nonchalance, “Je voulais venir où se situent les besoins. ”

Darfour is bleeding

Nous nous trouvons dans le ‘New Jungle’, un camp de 3000 hommes et une poignée de femmes et enfants sur la côte nord de la France. À dix minutes de route est le Port de Calais, mais les hypermarchés et les ‘booze-cruises’ semblent loin. Malgré un quarteron de britanniques et français  éparpillés autour du camp, il n’y a pas de sens d’ordre public. Il n’y a ni une entrée officielle ni une sortie, pas de sécurité, pas de blocs sanitaires. Cent femmes et enfants sont logés dans un centre bien gardé à la bordure, mais c’est rempli. Les Européens qui errent dans le camp, comme mon amie blonde, sont venus pour la plupart avec des petites associations caritatives ou simplement avec quelques amis. Une femme à lunettes vient me voir et elle me dit en français rapide qu’elle voudrait qu’on déplace notre camion pour qu’elle puisse passer dans son Peugeot pour distribuer des babioles. Un musulman barbu avec un accent de l’est de Londres vient me demander si on a les volontaires qui peuvent aider avec la distribution de médicaments qu’il a apporté dans une camionnette avec son père. Une bande de professeurs enthousiastes, fonctionnaires et des autres amis de Swindon décident nous donner un coup de main pour défricher notre zone de distribution ; ils se tiennent par la main pour faire un cercle autour de nos boites de sacs de couchages, vestes et chaussures.

Poverty is not manmade

A sign outside a tent: ‘Poverty is not an accident. Like slavery and apartheid, it has been made my man and can be stopped by the united actions of humanity.’

De temps en temps une petite camionnette quitte l’autoroute et se gare où il peut. D’habitude, les propriétaires ouvrent les portes avant qu’une file d’attente a été organisée et ce passe : les gens se dépêchent, déferlent et saisissent, et en quelques minutes le camion est vide. Les propriétaires sont délaissés, complément sains et saufs, mais étonnés, abasourdis, et peut être un peu tourmentés. Au-dessus, du sommet d’un pont surplombant le camp, on voit le chapeau familier au style Peter Pan d’un policier français de temps en temps. Il s’appuie sur une jambe, il parle dans son talkie-walkie, et il nous regarde. À partir de là, le camp doit ressembler un océan de tentes, des gens à la peau brune et des tas d’ordures. Le policier apparait aux instants où les nouvelles camionnettes se présentent. Il doit nous ressentir, nous qui arrivons dans nos petits minibus blancs, nous qui semons le désordre avec nos distributions. Quelques groupes apportent des barrières plastiques, quelques se tiennent en main dans une ligne, quelques distribuent des billets colorés… Pour lui, j’imagine, nous sommes comme des mouettes maladroites que s’écartent trop loin à l’intérieur, qui causent des problèmes additionnels avec notre butinage de cette décharge. Parfois, comme quand un résident du camp me montre avec confusion un billet jaune donné par un volontaire d’une autre groupe avec “Ayant droit : chaussures orthopédiques, taille 5 ½” écrit en anglais, je me sens ici plus comme un albatros.

tent

Advertisements

One response to “Bienvenue au New Jungle, 1: Travailleurs amateurs humanitaires

  1. Pingback: A day in the New Jungle [1] | Nicola Marven·

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s